LE CONTEXTE DU FORUM SE DÉROULE EN ROUMANIE ET NOUS SOMMES EN 2015 MAIS HOLBAV RESTE PLONGÉ AU XIXÈME SIÈCLE.

Partagez | 
 

 Qui de nous deux survira ? [Ambre Lelièvre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Joueuse

Messages : 317
Date d'arrivée : 29/11/2014
où êtes vous ? : La ou tu ne m'attend pas
Métier : Actrice

MessageSujet: Qui de nous deux survira ? [Ambre Lelièvre]   Lun 29 Déc - 21:26

Nous sommes tous de passe sur la terre. On vie puis un jour on meurt. Voilà en quo réside l’espèce humaine. Certains d’entre eux marqueront a jamais leur nom dans les livres d’histoire, mais pour la plupart ils mourront dans l’anonymat avec juste les membres de leur famille pour pleurer leur disparition. Lorsque je suis née, ma vie aurait dû ressembler à cela et pourtant ce ne fut pas le cas. Être un vampire a bien des avantages, mais s’il y a une chose que je n’apprécie pas c’est de vivre avec les souvenir de nos proches décès. Quand on perd un être cher un jour ou l’autre se vide qui remplit nos cœur disparait, mais lorsque l’on a la vie éternel se vide sera éternellement présent lui aussi.  Etrangement ma vie d’humaine n’était pas des plus joyeuses. J’avais un père des plus abjects et sa mort ne fut qu’un cadeau tomber du ciel pour moi, pourtant cette horrible personne laissa quelques traces dans mon cœur.  La personne qui me manque le plus est ma mère. Je me souviens d’elle comme si c’était hier. Une femme au grand cœur. Elle avait le don pour me remonter le moral et d’essayer mes larme lorsque ça n’aller pas avec un telle facilité que je la trouver magique. Son sourire était des plus apaisent et d’un grand réconfort.

Aujourd’hui n’était pas un jour comme les autres. Ce jour qui est pour moi le pire de toute l’année était celui qui m’avait séparé de ma mère à tout jamais. Pour célébrer sa mémoire j’avais pris pour habitude d’aller tous les ans déposer une rose rouge sur sa tombe et d’allumer une bougie.  Malheureusement, elle n’était pas enterrer ici à Holbav, mais dans le jardin de notre manoir situer à Zarya en Russie.  Ma mère adoré cette petite ville et c’est de la que provient mon prénom.

Ce soir j’étais d’humeur nostalgique. Je ne désirais pas être celle que je montre tous les jours, je voulais être la petite fille gentille et pleine de bonne attention que ma mère avait connu. Pour ce jour un peu spécial je m’étais vêtis d’une jolie petite robe blanche et avais tressé mes cheveux  sur le côté.

Arriver au cimetière je me dirigeai vers un arbre qui longer ce lieu de repos et mis accroupi pour y déposer une rose rouge et allumer la bougie. Ma mère n’étant pas enterré ici je ne pouvais lui rendre hommage alors j’avais choisi que cette arbre représenterais son lieu de repos ici à Holbav. Chaque année je venais ici pour lui parler.

- Bonsoir mère. J’espère que là où vous êtes tout se passe bien pour vous. Êtes-vous avec père ? Surement… j’espère qu’il vieille bien sur vous ? J’imagine que je n’ai pas à vous raconter tout ce qui c’est passer cette année car vous devez certainement tout vous…mais…bien que je ne sois pas devenue ce que père aurait aurez souhaité…j’espère que vous, mère êtes fière de moi.  Vous me manquer énormément.

A c’est quelque mort je senti une larme couler sur ma joue. D’ordinaire je suis loin d’être émotive comme fille. Si l’on me voyait comme cela on ne me prendrait plus au sérieux en tant que vampire. C’est vrais qui pourrait penser que moi Arya Ivanov vampire tortionnaire et assoiffée de sang  serais capable de pleurer. Ma réputation en prendrait un coup.
J’essuyai mes larmes, puis me releva et regarda le ciel un moment espèrent qui sait avoir une réponse ou un signe de ma mère.




Arya Ivanov ☼
©️ Yamashita d'épicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Joueuse

Messages : 67
Date d'arrivée : 24/12/2014
Age : 27
où êtes vous ? : dans mes potions et alambics
Métier : empoisonneuse et parfumeuse

MessageSujet: Re: Qui de nous deux survira ? [Ambre Lelièvre]   Mar 6 Jan - 1:57

Qui de nous deux survivras?


_Émincez quatre pétales de tombe et ajoutez-les à votre marmite une fois le tout refroidis.

Tu fixe ton livre un moment. Tu t'es arrêté sur cette phrase, et tu réfléchis à retrousser ton nez comme tu le faisais à tes cinq ans.

_Quatre pétales de tombe...

Tu laisses le bouquin. La marmite fumante dont la fumée blanche serpente jusqu'aux portes de ton balcon qui sont ouvertes, toujours ouvertes. Puis tu te gratte le fond de la tête. Tu es contrariée, ma douce, je le devine sans peine et sans mal. C'est que tu ne crois plus avoir d pétales de tombe. Les pétales de foliacées normales ne sauraient rendre justice à ce poison que tu concoctes, et ceux de ta dépense semblent, hélas, bien trop absente pour ta recette.  Alors tu mets ta cape rouge sur tes épaules, ton capuchon tombant sur ta tête et te revêtit de tes bottes lourdes de mille tonnes. Qu'aurais-tu d'autre comme choix, de toute façon, que de sortir en chercher d'autre?

Tu siffles un note basse et longue et les corbeaux se mettent à croasser comme des jacasses. Jamais tu ne barres la porte de ton logement. Et jamais tes oiseaux charbon ne laisseraient passer âme qui vive sans ta présence. Alors tu quittes ton appartement, sans même prendre la peine de refermer la porte derrière toi ou d'éteindre la radio qui chante le plus doux des Satie. Tu n'es armée que d'un panier en osier ainsi que de ta trousse de base qui ne te quitte jamais: craie, flacon de parfum, pincé de poison mortel et gourde de cognac. Le plus dispendieux et raffiné de la région, bien sûre.

Tu marches. À travers la ville, à travers les tracas des autres. Tu ne te soucies pas et garde le menton haut. L'église et sa croix géante et futile se dressent devant toi comme une ombre de malédiction s'abattrait sur ton sort. Tu n'as jamais aimer la religion des Chrétiens. Ils ont brûlé bien trop de tes sœurs. Tu baisses les pupilles - c'est le dédain - et continue ton chemin vers le brouillard du cimetière.

Tu y pénètres avec grâce et souplesse. C'est ton élément, les charognards de la place batte de l'aile pour te laisser place. Les arbres épousent chacune des tombes de leur feuillage mort, comme si leurs branches tentaient l'étreinte dernière à tout ces pauvres défunts oubliés. Tu remarques une tombe, majestueuse et immense, à l'effigie d'un ange pleurant. Une couronne ainsi que plusieurs bouquets datant de quelques journées y sont entreposés. Tu as trouvé ton gain. Tu t'y approches et cueilles les pétales des fleurs abandonnées. Plus elles ont été donné avec cœur, mieux c'est.

Un croassement te fait lever le menton après quelques minutes seulement. Tu sais qu'un corbeau veut de ton attention. Tu te retournes et tu aperçois, au loin, une jeune femme au pied d'un arbre, déposant une bougie ainsi qu'une rose. Non. Non, pas une femme. Tu reconnais sa discrétion. Sa finesse. Son teint pâle et ses cernes joliment masqués. Tu sais qu'il s'agit d'une vampire. Tu le sens jusqu'ici. Et tu frissonnes.

Tu décides avoir suffisamment de ton ingrédient et tu t'approches en subtilité de la dite vampire. Ton regard reste rivé sur elle, bien que tu feignes de vagabonder vers ailleurs en réduisant petit à petit les mètres entre vous. Enfin, tu attrapes sa voix.Et tu l'écoutes.

Elle parle à sa mère. Tu t'arrêtes. Tu la fixes. Et ta cage thoracique vrombit. Puis tu penses à ta propre mère. Tu te dis qu'elle sait tout de toi, et toi rien d'elle. Tu te demandes aussi si elle serait fière de toi à l'instant même, et tu penses, de tout ton cœur, qu'elle te manque. Énormément.

La vampire se relève et regarde le ciel. Toi, tu essuie une larme sur ta joue en vitesse. Non, c'est hors de question que tu éprouves empathie pour une vampire. Encore moins que tu verses une larme pour elle. Pense à tes principes. Tu te ressaisis. Éponge tes joues du revers de la main en faisant toute l'attention du monde de ne pas abîmer ton maquillage de cendre. Puis tu reprends la force qui te donne souffle de loup en gorge. C'est un signe. Elle est seule. Et vulnérable. C'est une occasion en hors de l'abattre.

Tu fais quelques pas silencieux et tendres vers la vampire. Puis, après une seconde ou deux à la regarder, à la laisser réfléchir, tu chante:

_C'est magnifique, ce que vous faites.

Ta voix est radieuse. Ton visage respire l'amour et l'amabilité. Tes yeux pétillent d'admiration et de beauté. Tu mens de tout ton corps, mais pas vraiment. Au fond de toi, tu crois que la vampire honore magnifiquement sa mère. Tu te reprends, en grande politesse.

_Pardonnez mon intrusion. Vous m'avez émue. Je ne faisais que passer cueillir quelques pétales de tombe, puis j'ai aperçu la flamme de votre bougie.

Comme si de rien était. Ta voix est toujours suave et mélodieuse. Tu ne veux surtout pas faire de Arya une ennemie. Pas encore.

_Votre mère ne pourrait qu'être fière de vous. Croyez-moi.

Ta gorge se noue. Tu t'encres bien dans tes bottes. Ton visage n'en laisse rien paraître. Tu gardes contrôle sur toi. Toujours.


made by BoogyLou.





"Un croassement vaut mille mots. Un poignée de craie évince tout. L'arôme d'un parfum étanche chacun des pouls." — La Reine des Corbeaux



Dernière édition par Ambre Lelièvre le Sam 14 Fév - 20:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Joueuse

Messages : 317
Date d'arrivée : 29/11/2014
où êtes vous ? : La ou tu ne m'attend pas
Métier : Actrice

MessageSujet: Re: Qui de nous deux survira ? [Ambre Lelièvre]   Ven 13 Fév - 23:13

Perdu dans mes pensées j’étais devenue vulnérable chose que je m’interdisais. On m’a toujours appris à rester sur mes gardes afin d’éviter tout danger ou en tout cas à pouvoir y réagir aussi vite que possible et prendre le dessus sur mon ennemi. Malheureusement ce jour de l’année tu es une jeune femme un peu perdu. On pourrait même penser de toi que tu es une véritable débutante et que te tuer serais d’un immense facilitée. Ce manque de vigilance tu le dois à l’infime partie de toi qui reste encore humaine et qui décide de te tourmenter tout au long de ton immortalité.

Je n’avais pas sentie qu’une personne se trouver ici dans le cimetière à cette heure tardive de la soirée et encore moins qu’elle m’écoutait. Je fus surprise lorsque ses premiers mots arriva jusqu’à mes oreilles. Aussi tôt je me rédies et fis volte-face à mon interlocutrice avec une très grande rapidité. Je ne pus m’empêcher de  me sentir mal à l’idée qu’elle m’avait écoutée, mais je me sentais encore plus mal de ne pas avoir ressentie sa présence dans mon dos. Après tout elle pouvait être dangereuse et avait eu le champ libre pour me donner le repos éternel.

Le ton de la jeune femme était d’une grande douceur et mais j’avais encore un peu de mal à me remettre les idées en place. Je devais passer pour une personne légèrement froide au premier abord et ne luis répondis pas de suite. J’observai les alentours pour voir si cela n’était pas un piège, puis je compris qu’elle était seul et que c’était une Vrăjitoarele. Les gens comme elle utilisaient quelque fois des ingrédients bien étranges, mais ils n’étaient pas d’une très grande menace d’ordinaire.
Je me relaxai un peu tout en restant un minimum sur la défensive puis lui répondis sur un ton doux.

-Merci. J’ignorais qu’il pouvait y avoir quelqu’un autre que moi dans un endroit pareil à cette ci de la soirée.

Je l’avais remercié pour ses douces paroles, mais elle était loin d’imaginer qui elle avait en face d’elle. Bien que l’idée que ma mère pouvais être fière de moi m’emplis de bonheur, je savais que ce n’était que les mots d’une étrangère et que la vérité était bien loin d’elle aussi heureuse. Il fallait l’admettre la jeune fille que ma mère connaissait était morte le jour où j’ai rencontré l’homme qui ma transformer.  J’étais devenue une véritable psychopathe qui aime voir les autres souffrir et même me délecter de leur fluide vitale. Il n’y avait pas de quoi être si fier mais j’avais fini par l’accepter.

-J’espère pour vous que vous avez trouvé ce qu’il vous faut car il n’est pas très prudent de trainer seul la nuit dans cette ville. Bien que je doive l’admettre je ne suis pas un très bon exemple.

Je lui adressai un petit sourire avant de poursuivre.

-Je m’appelle Arya Ivanov et vous ?

Connaitre le nom des personne que je croisais étais comme un réflexe. On m’a enseigné qu’il fallait toujours un coup d’avance sur ses ennemies pour gagner la guerre. Cette attitude ma sauver de nombreuses fois car des gens que je croisais un soir pouvaient être adorable puis essayés de me tuer de lendemain. Se souvenir d’eu ma permis de m’en sortir et de me venger à mainte reprise.




Arya Ivanov ☼
©️ Yamashita d'épicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Joueuse

Messages : 67
Date d'arrivée : 24/12/2014
Age : 27
où êtes vous ? : dans mes potions et alambics
Métier : empoisonneuse et parfumeuse

MessageSujet: Re: Qui de nous deux survira ? [Ambre Lelièvre]   Sam 14 Fév - 20:56

Qui de nous deux survira ?


Elle te remercie, finement. Tu baisses les paupières, comme si tu inclinais tes paroles à son dialogue. La morte qui ressens et qui boit le sang avec la peine d'une mère au cœur sans pouls trouve réconfort, malgré tout, dans tes chansons. C'est qu'elles sont crédibles, parce que tu les ressens toi aussi... Et comme si elle avait charitable âme, la vampire te dit qu'il n'y avait rien de prudent à mettre les pieds en ces lieux selon les cadrans de l'horloge. Tu as un sourire paisible sur les joues. Comme si on y avait déposé des baisers de papillon.

Tu fais quelques pas à une tombe adjacente. Tu t'approches sournoisement de la belle blonde, par la même occasion. Tu te demandes alors ce qu'elle analysé de toi: la rapidité de ton pouls? L'odeur de ton rouge sang? Ta vocation de Salem? Ta riche pauvreté de lambeaux en jupon? Simplement la lenteur de tes mouvements ou le mensonge dans ta gorge? Tu n'as aucune idée. Et c'est toujours de même avec les vampires; ils ne donnent aucun répit à tes inquiétudes. Celles que, jamais, tu ne démontreras. Ni même à toi. Tes inquiétudes te feraient bien trop peur.

Arya prononce son prénom. Tu hausses un sourcils et encre ce patronyme dans ton sang pour toujours et après. Tu as un œil pétillant pour elle, qui retourne humblement s'échouer sur le sol. Tu ne peux t'empêcher d'être heureuse de cet aveux de nom complet. Tu as l'impression de déjà être liée d'amitié avec l'ennemie. Tu ne te présentes pas, pas maintenant. Tu justifie votre bon comportement, comme si vous étiez destinée à être l'une pour l'autre. Peut-être est-ce écrit dans la dalle des tombes.

_Mais nous ne sommes pas seules. Vous m'avez à vos côtés, et je vous ai. Voilà le problème résolu.

Comme s'il ne s'agissait que de cela. Peut-être l'est-ce, au fond. À tes pieds, une marguerite prend forme. Tu la tues en l'extirpant de ses racines, en cassant sa tige impuissante. Elle est fraîche et glacée. Tu t'approches alors encore plus de la magnifique Arya, et tu va déposer la tige foliacée sur son oreille, dans ses cheveux. Très doucement. Tu voles les gestes à une fillette fragile. D'ailleurs, tu agis comme l'enfant que tu n'as jamais été. Parce que tu es avec une amie. Quelqu'un qui a les souffrances que tu réussis à comprendre, et qui a un cœur impur qui ressemble au tient pendant les jours de pluie. C'est ainsi que tu es avec les amies.

_Le blanc s'agence merveilleusement bien à ton teint et à ta chevelure.

Tutoiement, comme une gamine. Et paroles, comme une innocente.

_Je me nomme Ambre Lelièvre, mais Ambre a toujours suffit.

Voilà, tu es tombée amoureuse du son du vent dans les branches nues. Parce que ce moment est précieux pour toi. Et il te déchire le ventre. Tu as l'impression d'aimer et de détester à la fois.

Alors tu ravales lourdement, et tu souris gentiment.


made by BoogyLou.





"Un croassement vaut mille mots. Un poignée de craie évince tout. L'arôme d'un parfum étanche chacun des pouls." — La Reine des Corbeaux

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Qui de nous deux survira ? [Ambre Lelièvre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Qui de nous deux survira ? [Ambre Lelièvre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Qui de nous deux survira ? [Ambre Lelièvre]
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]
» [Mission D] - Nous deux, c'est pour la vie !
» Cette ville est trop petite pour nous deux [Riful]
» Le premier de nous deux qui l'aura aura une tapette (Grifter)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Cimetière-